Horreur… dégoût… honte…

FEUILLE PAROISSIALE NIMES CENTRE – Dimanche 10 octobre 2021

Suite à la réception du rapport de la Commission CIASE sur les abus sexuels dans l’Église, je vous partage quelques unes de mes réactions…

Ce rapport, aussi incontestable qu’effroyable par sa méthodologie, le croisement des sources, l’ampleur des enquêtes… est un travail très sérieux. Bravo à cette Commission ! Reconnaître ce Rapport et sa fiabilité est fondamental pour combattre efficacement le mal aujourd’hui. Car derrière les chiffres, il y a des vies, des histoires singulières, brisées. Cette réalité est terrifiante et plonge dans l’horreur. Je veux saluer le courage des victimes et de leurs proches et dire mon dégoût devant ce qui s’est passé !

Témoigner de Jésus Christ et de son Évangile est le seul but de l’Église, mais certains ont usé d’emprise en invoquant la charité, la volonté de Dieu : on se sert du meilleur pour le transformer en arme de mort. C’est pour moi « le mal radical ». L’atteinte sexuelle se commet au cœur d’autres abus : de conscience, spirituels, affectifs. Il faut quitter le monde clos qui fait système par le rapport au silence, au secret, au sacré… faire un examen de conscience sur la manière dont nous percevions la pédocriminalité dans l’Église. Le vrai courage de l’institution sera de combattre le cléricalisme et la sacralisation des prêtres qui sont des travers de l’Église. Il faut nettoyer ce qui a permis ces scandales dans l’Église.

Je crois que regarder les victimes et regarder le Christ c’est regarder dans la même direction. Être avec le Christ signifie être avec les victimes. Le Christ s’identifie à ces visages de personnes manipulées, humiliées, abusées. C’est le mystère de la Croix.

Je veux être encore plus attentifs à l’image que je véhicule et que nous véhiculons, de Dieu, des prêtres, de l’Église, de la sexualité. Je prie pour que mon Église soit à la hauteur du défi pour apporter soutien, réparation, et justice aux victimes.

P. Luc Mellet,
votre curé : 04 66 67 49 52

Mois du Rosaire

Pendant le mois d’octobre, chaque jour, du lundi au vendredi, à 17h, on peut se rassembler pour prier le Rosaire.
Les lundis à la Cathédrale, les autres jours à St Baudile.

Rapport CIASE : Témoignage de Sr Véronique Margron (COREF)

« Peut-on bien recevoir un désastre ? Que dire, sinon éprouver un infini chagrin, une honte charnelle, une indignation absolue ? (…) Il faut se taire tout au-dedans de soi pour se recueillir devant chaque vie plongée dans les abîmes, devant les crimes massifs commis dans l’Église, mon Église. Devant ce peuple brisé par la violence de l’effraction (…) Là où elle doit être protectrice de la dignité l’Église aura laissé abuser, profiter de la vulnérabilité. Elle y aura participé. (…) La banalité du mal, commis par des auteurs à l’humanité quelconque radicalise le mal commis et son scandale. Le rend plus infernal encore ».
Je reçois vos 45 recommandations comme un signe d’exigeante confiance en l’Église qui est en France. (…) Cette confiance et cette espérance nous obligent, nous vous en sommes redevables, comme aux victimes et témoins qui nous demandent légitimement des comptes ».