La charité édifie le Corps du Christ

La communion eucharistique, est orientée vers la charité qui construit le Corps du Christ. En cette fête du Saint Sacrement du Corps et du Sang du Seigneur, au moment où nous retrouvons la possibilité de célébrer l’eucharistie en nous rassemblant dans les églises, il est bon de se redire que le sacrement que nous recevons du Christ lui-même nourrit en nous l’amour du frère. Voilà pourquoi il est impossible, pour les disciples du Christ, de dissocier vie spirituelle, liturgique, et vie sociale, fraternelle. Voilà pourquoi aussi, il est impossible à un chrétien de justifier les idées et comportements qui dégradent la dignité des personnes : que ce soit la manipulation psychologique, sexuelle ou spirituelle ; que ce soit aussi le racisme, la xénophobie ou toute autre pensée d’exclusion.

Voici ce que disait Mgr Éric de Moulins-Beaufort, dans son Discours de clôture de l’Assemblée plénière des évêques de France, ce 10 juin 2020 : (extraits) « La liberté de l’Église (…) n’incite pas l’Église du Christ à réclamer pour elle des privilèges. Elle est avant tout la revendication de la liberté de vivre l’amour de Dieu et l’amour du prochain, de servir tout être humain, quelle que soit sa condition sociale, de choisir la chasteté ou la fidélité conjugale, de préférer la pauvreté à la richesse, de s’efforcer de transmuer l’exercice de l’autorité en service de la vie des autres. (…)
Que cherchons-nous dans la communion sacramentelle, ou plutôt qu’y recevons-nous ? Peut- elle être dissociée du « sacrement du frère » ? (…) Le désir ardent de la communion sacramentelle ne trouve toute sa vérité qu’en nourrissant la charité qui édifie le Corps du Christ. »

La fête du Corps et du Sang du Seigneur est l’affirmation de la haute dignité de toute personne humaine crée à l’image de Dieu. C’est la fête de la fraternité sans frontière, car le Corps du Christ abat toutes barrières !

P. Luc Mellet,
votre curé : 04 66 67 49 52