Catholiques à Nîmes
message de rentrée de monseigneur robert wattebled « membres les uns des autres »

Les orientations du Synode des jeunes du Gard, promulguées le 24 mars dernier lors de notre rassemblement de La Gardiole, nous concernent tous. Elles ne sont pas en effet destinées seulement aux jeunes ni aux instances diocésaines consacrées à leur service pastoral. En cette période dite de rentrée, j’aurais aimé le souligner, d’autant que ces orientations rejoignent l’objet du prochain synode des évêques à Rome. Les propositions formulées par les jeunes résonnent aussi avec l’appel à la « conversion missionnaire » à laquelle le Pape François nous convie depuis bientôt cinq ans en nous exhortant à entrer « dans un processus résolu de discernement, de purification et de réforme ».

Au moment de notre rassemblement à la veille des Rameaux, notre communauté diocésaine venait d’être confrontée à de douloureux événements. Depuis lors, c’est à l’échelle de l’Eglise universelle que le climat s’est alourdi jusqu’à devenir oppressant. Abondamment commentées, les affaires de pédophilie dans le clergé font peser sur les prêtres une sorte de soupçon permanent tandis que des victimes s’estiment toujours insuffisamment entendues.

Dans ce contexte nous avons reçu le 20 août la lettre du Pape au peuple de Dieu. Là où ce ne serait pas encore le cas, je demande qu’elle soit mise à la disposition de tous. Et je propose que des groupes se constituent pour la lire dans son intégralité, sans se contenter de résumés sommaires, et pour répondre à ses propositions de jeûne et de prière. Notre démarche correspondra du reste à la demande des jeunes de ne pas ignorer les sujets sensibles.

Au-delà de la considération des abus sexuels, la lettre du Saint-Père nous conduit à nous interroger aussi sur l’exercice de l’autorité et les rapports avec les prêtres. Chez nous, plusieurs pourraient témoigner de la façon dont ils ont accompagné ou accompagnent présentement tel ou tel prêtre en difficulté. Certains pourraient faire part de leurs interrogations concernant la préparation et le déroulement de la liturgie ou encore la présentation des finances paroissiales.

Notre approche ne peut se réduire à des analyses en terme de rapport de force. Il ne s’agit pas non plus de s’exprimer uniquement sur le mode de la revendication en niant les responsabilités spécifiques. Il s’agit bien plutôt, comme dit le Saint-Père, « d’apprendre à regarder dans la même direction que le Seigneur, à être là où le Seigneur désire que nous soyons, à convertir notre cœur en sa présence. »

« Membres les uns des autres », disons-nous depuis quelques années dans le Diocèse en reprenant une expression de saint Paul. Le Saint-Père nous encourage à approfondir cette réalité: « Si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui ». Notre prière s’associe à celle des paroisses et des diocèses particulièrement éprouvés, en deçà ou au-delà des océans.

L’aurions-nous oublié ? La vie chrétienne nous a engagés dans un combat. C’est un combat à la suite du Christ victorieux du Mal. « En ce monde, vous faites l’expérience de l’adversité, mais soyez pleins d’assurance, j’ai vaincu le monde » (Jean 16, 32). Que le Seigneur fasse grandir en nous la confiance en la puissance de son amour manifesté en Jésus-Christ. Rien ne peut nous en séparer. (Cf. Romains 8, 39)

Le 29 août 2018
+  Robert WATTEBLED
   Evêque de Nîmes