Catholiques à Nîmes
La nouvelle traduction remplacera de manière officielle l'ancienne formulation...

Notre Père… un changement !

A partir du 3 décembre, premier dimanche de l’Avent, début d’une nouvelle année liturgique, la nouvelle traduction du Notre Père remplacera de manière officielle l’ancienne formulation. Mais pourquoi ?

La sixième demande du Notre Père est en effet traduite différemment : il faudra dire :

« ne nous laisse pas entrer en tentation » au lieu de « ne nous soumets pas. »

Les évêques des pays francophones se sont concertés pour décider de cette nouvelle tradution. Il s’agit d’éviter l’idée que Dieu pourrait nous soumettre à la tentation.

Avec le Christ, nous devons entrer dans le combat contre les forces du Mal et demander à Dieu le Père de “ne pas entrer en tentation“, de ne pas nous détourner jour après jour du chemin d’obéissance et d’amitié avec Dieu le Père.

Dans son Traité sur la prière (vers 234), ORIGENE écrivait :

« A quelque chose, tentation est bonne… Elle nous apprend à nous connaître. » Il nous indique par là que l’épreuve vérifie la qualité de notre foi.

« Traduire le terme grec est difficile. Dieu n’éprouve pas le mal, il n’éprouve non plus personne (Jc 1,13).

Il veut au contraire nous en libérer. Nous lui demandons de ne pas nous laisser prendre le chemin qui conduit au péché. Nous sommes engagés dans le combat “entre la chair et l’Esprit“.

« Cette demande implore l’Esprit de discernement et de force… Nous devons discerner entre “être tenté“ et “ consentir“ à la tentation.

Enfin, le discernement démasque le mensonge de la tentation : apparemment, son objet est “bon, séduisant à voir, désirable““ (Gn 3,6), alors que en réalité, son fruit est la mort…

Dieu ne veut pas imposer le bien, il veut des êtres libres… » (Extraits du Catéchisme de l’Eglise Catholique, n° 2846 - 2847).

Que cette nouvelle traduction stimule notre compréhension de la foi et notre combat spirituel de chaque jour !

P. Luc Mellet, votre curé 04.66.67.49.52